Testo Alternativo
Testo Alternativo
Testo Alternativo
Testo Alternativo
Testo Alternativo
Testo Alternativo



Accueil

Présentation

Un musée de la sculpture

Friedrich Nietzsche, Guy de Maupassant, Mark Twain, Evelyn Waugh, le peintre russe Ilja Repin, l’impératrice Elisabeth d’Autriche (connue sous le nom de Sissi) constituent tout simplement quelques exemples des innombrables personnages de l’histoire, littéraires, voyageurs, artistes, philosophes qui ont laissé des preuve de leurs visites au cimetière de Staglieno et de leur traîner dans les grandes galeries monumentales ou dans les allées de la colline qui constitue le fond du cimetière. Tout le monde rappelle, même si de façon différente, l’impression et le charme de ce lieu de mémoires publiques et privées, où la volonté monumentale s’unit de façon indissoluble à la suggestion « romantique » du paysage, avec un enchevêtrement très étroit entre les monuments, les architectures, les mémoires historiques et la nature. Le cimetière, qui a été érigé au milieu du XIX siècle, a continué à se développer jusqu’à après la Première Guerre Mondiale en suivant les histoires, les idéaux, l’idée de vie d’une société en hausse comme la bourgeoisie entre le XIX et le XX siècle : à partir des moments de pleine croissance jusqu’à la crise d’identité qui marque son histoire pendant les dernières décennies du XIX siècle et les premières du XX siècle.
Les langages artistiques de plus d’un siècle s’y sont succédés : du Néoclassicisme au Réalisme (dans une des formes les plus typiques et détaillées que l’on connaît en Europe), jusqu’au Symbolisme, à l’Art Nouveau, à l’Art Déco, etc. créant ainsi une école de sculpteurs dont les œuvres se sont diffusées au-delà des frontières régionales, voire nationales : de Santo Varni à Giulio Monteverde, Augusto Rivalta, Lorenzo Orengo, Federico Fabiani, Domenico Carli, Pietro Costa, Edoardo De Albertis, Eugenio Baroni, etc.
Mais il a aussi été en même temps un attrait pour beaucoup de fameux artistes italiens, comme Leonardo Bistolfi (qui a laissé des œuvres importantes comme les tombes Bauer et Orsini), Ettore Ximenes, Pietro Canonica, Edoardo Rubino, Francesco Messina et d’autres encore. Au cours du temps, le cimetière de Staglieno est devenu un véritable témoignage, parmi les plus importants et détaillés, de la société occidentale de la deuxième moitié du XIX siècle et du début du XX siècle : à ce propos, il faut aussi rappeler que la bourgeoisie et l’aristocratie de la Ligurie de l’époque, grâce à leurs liens économiques et entrepreneurials de niveau mondial, sont en général ceux qui représentent le mieux les goûts et les comportements des classes hégémoniques de l’époque.
Aujourd’hui le cimetière de Staglieno est un véritable musée de l’imaginaire et des procès de mémorisation de la culture de cette société, capable – grâce à la forte conscience de sa « modernité » et à sa profonde confiance en un futur progressif – de proposer des modèles significatifs pour ce qui concerne les structures architecturales et les images sculptées, qui sont devenues fameuses non seulement à Gênes et dans la Ligurie, mais aussi en Europe et en Amérique.

Quelques personnages
À Staglieno se trouvent beaucoup de monuments qui rappellent des personnages fameux de l’histoire, de la culture et des arts nationaux et locaux. Il y en a aussi d’autres dédiés à des figures pittoresques, dont la tradition populaire a quand même conservé quelques souvenirs. On va en rappeler seulement quelques-uns, étant impossible de rédiger une liste en mesure d’être considérée exhaustive.
Certains d’entre eux reposent dans le Panthéon ou dans des lieux comme le « Boschetto » ou le champ des « Mille », où se trouvent les tombes de beaucoup des protagonistes du « Risorgimento » ou des aventures de Garibaldi. On a souvent dédié aux soldats tombés en guerre plusieurs zones (le Cimetière Anglais pour les soldats britanniques, les Arcades Semi-circulaires pour ceux qui sont morts pendant les luttes de libération, etc.) ou des sépultures monumentales (par exemple, on peut penser au mausolée dédié aux morts de la première guerre mondiale, au monument aux victimes des déportations nazies et fascistes le long du torrent Veilino, ou aux monuments aux armes, etc.).

 

  • Salvatore ANASTASI et Antonietta POZZONI, Chanteurs lyriques, Arcades Semi-circulaires
  • Carlo BARABINO, Architecte (1768-1835), Panthéon, tombe LXXVIII
  • Eugenio BARONI, Sculpteur (1880-1935), Boschetto Irregolare
  • Anton Giulio BARRILI, Écrivain (1836-1908), Panthéon, tombe LXXI
  • Nino BIXIO, Patriote (1821-1873), Panthéon, tombe IV
  • Federico BRINGIOTTI, Sculpteur (1878-1951), Arcades Semi-circulaires
  • Luigi BRIZZOLARA, Sculpteur (1868-1937), Viale del Veilino
  • Caterina CAMPODONICO, la "Vendeuse de Cacahuètes" (1801-1881), Porticato Inferiore a Ponente
  • Michele Giuseppe CANALE, Écrivain (1808 -1890), Boschetto Irregolare
  • Michele CANZIO, Architecte et scénographe (1788-1868), Panthéon, tombe II
  • Stefano CANZIO, Garibaldino (1837-1909), Panthéon, tombe LXX
  • Giovanni Battista CEVASCO, Sculpteur (1814-1891), Boschetto Irregolare
  • David CHIOSSONE, Poète et philantrope (1822-1873), Boschetto Irregolare
  • Mary COSTANCE WILDE, Femme d’Oscar Wilde (1859-1898), Cimetière Protestant, à droite du Temple
  • Enrico Alberto D'ALBERTIS, Officier de la Marine et voyageur (1846-1932), Viale Pontasso
  • Fabrizio DE ANDRE', Auteur-compositeur (1940-1999), secteur 22
  • Renato DE BARBIERI, Joueur de violon (1920-1991), Panthéon
  • Giuseppe DE PAOLI, Poète (1885-1913), Boschetto Irregolare
  • Gian Carlo DI NEGRO, Littéraire et mécène (1769-1857), Porticato Inferiore a Ponente
  • Giacomo DORIA, Explorateur et naturaliste (1840-1913), Panthéon, tombe VIII
  • Maurizio DUFOUR, Peintre et architecte (1826-1897), Porticato Superiore a Ponente
  • Giuseppe GAGGINI, Sculpteur (1791-1867), Porticato Superiore a Ponente
  • C.A. GAMBINI, Musicien (1819-1865), Jardin à côté de la Galerie Supérieure à gauche
  • Aldo Gastaldi, "BISAGNO", Commandant partisan, Monument aux morts
  • Paolo GIACOMETTI, Dramaturge (1816-1882), Boschetto Irregolare
  • Gilberto GOVI (1885-1966) e Rina GOVI (1893-1984), Acteurs dialectales, Porticato S. Antonino
  • Mario MALFETTANI, Poète (1872-1911), Boschetto Irregolare
  • Luigi MANCINELLI, Compositeur (1848-1921), Boschetto Irregolare, au-dessus de la Valletta Pontasso
  • Edoardo MARAGLIANO, Médecin (1849-1940), Pantheon, tombe X
  • MARTYRS DE LA « GIOVANE ITALIA », fusillés en 1833, Boschetto Irregolare
  • Giuseppe MAZZINI, Politicien (1805-1872), Boschetto Irregolare
  • Maria MAZZINI DRAGO, Mère de Giuseppe Mazzini (1774-1852), Boschetto Irregolare
  • Alfredo NOACK, Fotografo (1833-1895), Cimitero Protestante, viale d'accesso
  • Michele NOVARO, Musicien, Boschetto Irregolare
  • Gaetano OLIVARI, Sculpteur (1870-1948), Boschetto Irregolare
  • Fedor POLETAEV, Partisan russe (1909-1945), Secteur 13, Arcades Semi-circulaires
  • Ferruccio PARRI, Politicien (1890-1981), Boschetto Irregolare
  • Andrea PODESTA', Maire de Gênes (1832-1895), Porticato Superiore a Levante
  • Giovanni Battista RESASCO, Architecte (1798-1872), Panthéon, tombe I
  • Ceccardo ROCCATAGLIATA CECCARDI, Poète (1871-1919), Crématorium
  • Felice ROMANI, Poète et librettiste d'opéra (1789-1865), Boschetto Irregolare
  • Antonio ROTA, Sculpteur (1842-1917), Arcades Semi-circulaires
  • Raffaele RUBATTINO, Armateur (1809-1881), Boschetto Irregolare
  • Giovanni SCANZI, Sculpteur (1840-1915), Porticato Inferiore a Ponente
  • Camillo SIVORI, Joueur de violon (1815-1894), Panthéon, tombe LXXII
  • Flavia STENO, Écrivaine, (1878-1946), Viale del Veilino
  • Giovanni TORTI, Poète (1774-1852), Grand escalier supérieur d’ouest
  • Santo VARNI, Sculpteur (1807-1885), Porticato superiore a Levante
  • Giambattista VIGO, Poète dialectal (1844-1891), Galleria inferiore a Ponente
     
  • >European Significant Cemeteries